Co-créer un monde nouveau

21 décembre 2020

Nous vivons une période de grande transformation. L’éveil des consciences et l’ouverture de coeur sont à l’oeuvre et nous pouvons être acteur ou actrice du changement.

Et si nous nous étions incarnés dans cette période particulière pour changer le monde?

Vivrait-on la fin d’un cycle et le début d’un autre ? Certains parlent du passage de l’ère des poissons à celui du verseau, d’une transmutation vers un âge d’or, un passage vers un nouveau monde. D’autres parlent de l’apocalypse, c’est-à-dire d’un temps de révélations et de chute de sociétés et de systèmes déséquilibrés afin de reconstruire.  Il est dit dans les textes anciens et sacrés que la terre traverse des cycles cosmiques de 26000 ans et il est annoncé une élévation vibratoire de la terre, un changement de paradigme car la planète elle-même aurait une conscience. Avec ce changement vibratoire semble aller une augmentation des consciences individuelles et collectives,  un éveil ou réveil grandissant. Et si nous nous étions incarné dans cette période particulière pour cela : changer le monde? S’il ne tenait qu’à nous de prendre notre place, d’incarner une nouvelle humanité, de se positionner pour un monde meilleur dans ce temps de transition si duel?

Notre monde intérieur comme le monde extérieur se construit à partir de nos pensées et de nos croyances.

Aujourd’hui la science comme la spiritualité démontrent que nous créons notre réalité, que nous créons la matière à partir de nos pensées, de nos croyances, de nos émotions, de nos vibrations. Selon que l’on soit dans la paix, la colère, la joie, la confiance ou la tristesse, nous vibrons la peur ou l’amour. Si tout est énergie et interconnecté, si tout est information vibratoire (« le verbe est créateur ») alors nous sommes responsables de nos actions et de nos pensées. Elles peuvent impacter notre être, notre environnement, la planète, l’univers entier.
Agir pour le changement qui s’opère est non seulement une nécessité, pour sortir de la peur et de la matrice dans laquelle nous pouvons être enfermé.e.s mais surtout une mission que nous sommes venu.e.s incarner. Tout est cycle et recommencement. La terre accouche d’elle-même, une nouvelle humanité est en train de naître. On peut en tout cas le croire et l’espérer et participer à cela en émettant du respect pour la vie et de l’amour, à commencer par soi-même. Alors dire que la révolution est intérieure prend tout son sens.

Vers une nouvelle conscience

Ce nouveau paradigme implique de nouvelles visions de la vie, à commencer par revoir notre copie à propos de l’illusion de la séparation. Nous ne sommes pas séparés, nous sommes reliés de manière invisible. C’est ce qu’on nomme l’intrication quantique. C’est l’idée que tout est énergie, qu’il n’y a pas de vide, que tout est interconnecté. Nous sommes des êtres électromagnétiques capables de pouvoirs attribués aux superhéros et pourtant, nous sommes tous capables de façonner notre réalité par nos pensées, nous faisons tous du magnétisme sans le savoir et nous sommes tous télépathes. On pense à quelqu’un et cette personne nous appelle, et cela arrive de plus en plus fréquemment? Nous sommes reliés, nous faisons de la télépathie!
Dans ce monde en création, l’amour est le maître mot, ainsi que la bienveillance, le concept d’abondance, la gratitude, le pardon, l’acceptation et la confiance.
Nous devenons responsables à 100% de ce que nous pensons et faisons, de ce que nous vivons, responsables aussi de notre liberté, nous devenons des êtres souverains. Certes, cela demande de tout réapprendre ou plutôt désapprendre. Devenir un être libre et souverain signifie de laisser derrière soi toutes les croyances sur la façon dont la société s’est construite, sur le travail, la famille, le couple, la parentalité, etc. C’est remettre tout à niveau et faire en sorte que des concepts tels que liberté, égalité (ou équité) et solidarité ne sonnent pas comme un joli slogan et de vains mots mais comme une réalité. Dans cette ère de transition, il ne tient qu’à nous d’incarner un.e nouvel.le humain.e, de réapprendre à s’aimer et à semer les graines de la nouvelle terre.

ÊTRE HEUREUX EST NOTRE PRINCIPALE MISSION

Si nous sommes responsables de ce que nous nourrissons en nous-même, si cela impacte notre environnement et l’univers entier, alors notre mission première est d’être heureux/se. Cela passe par une guérison du passé et une confiance en l’avenir, mais avant tout de savoir vivre pleinement l’instant présent. Et puis s’interroger sur l’essentiel : Que voulons-nous pour le monde, pour nous-même? Qu’est-ce qui nous met en joie, nous émerveille, nous fait monter en vibration, en énergie? Là devrait être la première question à poser dès l’enfance pour guider nos chemins, sachant que tout vibre, tout est mouvement et qu’il y a toujours moyen de changer ou d’emprunter plusieurs voies. Nous avons tous des talents, des dons, des facultés qui peuvent profiter à tous. Il est peut-être temps de les faire éclore ou fructifier, d’inspirer et d’incarner le changement que l’on veut voir dans le monde. C’est maintenant que tout commence : inspirons le monde, soyons le changement.

 

Texte et photo © Roxane Petitier, décembre 2020. 

Visuel : Future is in the eyes of children. A retrouver ici ou dans Art  (photographie).

Voir le texte ici sur www.humain-e.com